Actualités pédagogiques

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Stratégies d’écriture en formation spécifique

Le matériel Stratégies d’écriture dans la formation spécifique vise à promouvoir la valorisation du français écrit dans les différents programmes de formation spécifique. Le personnel enseignant et les élèves peuvent en faire une utilisation autonome selon leurs besoins.
Le matériel est constitué de 10 fascicules, chacun portant sur un genre de texte en usage dans les différentes disciplines. Chaque fascicule comporte quatre grandes sections : « Généralités », « Défis et stratégies », « Grille de révision », « Activités », et contient de nombreux exemples.

LogoPDF  1. L’argumentaire de projet

LogoPDF  2. Le compte rendu critique

LogoPDF  3.  Le curriculum vitae

LogoPDF  4. Le document technique

LogoPDF  5. La lettre professionnelle

LogoPDF  6. Le rapport d’intervention

LogoPDF  7. Le rapport de laboratoire

LogoPDF  8. Le rapport de recherche

LogoPDF  9. Le rapport de stage

LogoPDF  10. Le résumé

LogoPDF  Zone profs

Source: Lucie Libersan, ccdmd

Haut de la page

Proposition de lecture sur l’assurance qualité en éducation

En quoi consiste la nouvelle approche de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial (CEEC) en ce qui concerne l’assurance qualité? Qu’est-ce que cela implique pour les Collèges? Pourquoi un tel changement? En quoi cette approche peut-elle être profitable aux collèges et à la société, notamment dans le contexte budgétaire actuel? C’est à ces questions que la Présidente de la CEEC, Mme Céline Durand, répond dans le cadre d’une entrevue  présentée dans le dernier numéro de la revue Pédagogie collégiale.

Voir le document

Haut de la page

Bilan de la formation sur le développement des attitudes professionnelles

À l’hiver dernier, un comité de stage a été créé composé de coordonnateurs et de coordonnatrices de stage des programmes techniques. Le premier mandat du comité était de réfléchir à un guide de stage avec des thèmes communs et des thèmes personnalisés aux programmes. Les discussions sur les thèmes communs ont soulevé une difficulté commune vécue par la majorité des membres : celle d’évaluer les attitudes professionnelles en stage.

Les attitudes sont au cœur de nos discussions et tous s’entendent sur le manque de manifestations d’attitudes professionnelles chez certaines étudiantes et certains étudiants, notamment dans un contexte de stage, et parfois même au cours du dernier stage du programme. Une fois les difficultés cernées, quels sont les écrits sur le sujet dans le réseau collégial et quels sont les outils à notre disposition?

À cet effet, deux personnes-ressources, Marie Beauchamp et Raymonde Gosselin ont été invitées pour nous aider à explorer ce défi de taille que d’enseigner et de favoriser le développement des attitudes au collégial et surtout comment les évaluer. Madame Beauchamp est enseignante au département de Techniques de travail social au cégep Saint-Jean-sur-Richelieu. Elle a réalisé une recherche dans le cadre de la Maîtrise en enseignement au collégial de l’Université de Sherbrooke (secteur PERFORMA). Le thème de son essai portait sur les stratégies d’enseignement et d’évaluation des attitudes pouvant être utilisées par les enseignantes et les enseignants au programme de Techniques de travail social. Pour sa part, Madame Gosselin est conseillère pédagogique au cégep Édouard-Montpetit. Elle poursuit actuellement ses études au Doctorat dont le thème est l’évaluation des attitudes professionnelles.

Cette formation a notamment mis la table à des échanges fructueux et surtout nous a sensibilisés à la démarche derrière l’évaluation des attitudes professionnelles :

  • Premièrement, un choix d’attitudes essentielles au programme en lien avec le profil de sortie des étudiantes et étudiants du programme s’impose: « choisir en fonction d’une finalité au seuil d’entrée à l’université ou sur le marché du travail et non pas en fonction de ce que les enseignantes et les enseignants possèdent comme connaissances eux-mêmes, connaissances qu’ils ont acquises à la suite de plusieurs années de formation et d’expériences » (Bizier, 2012, p. 223). Selon Madame Gosselin et Madame Beauchamp, la concertation en équipe départementale prend tout son sens afin que les contenus enseignés soient pertinents et fassent consensus, le passage du « je » au « nous ».
  • Dans un deuxième temps vient l’étape de choisir dans quels cours les attitudes, transformées en comportements observables seront enseignées. Le constat dans le réseau est qu’il n’existe pas de répertoire de stratégies pédagogiques pour favoriser le développement des attitudes professionnelles. Le partage entre les collèges et entre les départements deviendra la clé du succès.
  • Finalement, la réflexion se poursuit sur l’évaluation de ces attitudes : formatif ou sommatif? Quelle sera la gradation d’attitudes dans les différents programmes? Quelle sera l’échelle descriptive pour l’évaluation? Que de questions encore présentes, mais la coopération entre les collèges et les départements se poursuivra.

Pour nous inspirer en attendant, des formations créditées et non créditées sont disponibles sur le sujet. De plus, des projets de recherche sur le sujet sont actuellement en cours. Le comité stage du collège poursuivra leurs travaux en collaboration avec les départements en s’inspirant de la démarche proposée : l’identification, l’enseignement et l’évaluation des attitudes professionnelles.

Références :

Bizier, N. (2012). Former et accompagner le personnel enseignant du collégial en entrant par sa passion : la discipline enseignée. In L. St-Pierre (dir.), La formation continue et l’accompagnement du personnel enseignant du collégial. Quelques leçons tirées de l’innovation et de la recherche (p. 209-227). Montréal : Association québécoise de pédagogie collégiale/Chenelière éducation.

Gosselin, R. (2010). Évaluation des attitudes et des comportements en stage au collégial. Mémoire de maîtrise en éducation, Université du Québec à Montréal, Montréal.

Beauchamp, M. (2013). L’enseignement et l’évaluation des attitudes dans le programme collégial Techniques de travail social. Essai de maîtrise en enseignement au collégial. Université de Sherbrooke, Sherbrooke.

Haut de la page

Le comité SST pédagogique : un peu d’histoire et mandat

L’origine de la demande

Le colloque international en SST se déroulant au Québec en 2003 a débouché sur un projet international de grande importance. En signant le Protocole de Québec pour l’intégration de compétences en santé et sécurité du travail (SST) dans l’enseignement et la formation professionnels et techniques, le Québec et plusieurs pays se sont engagés à contribuer à ce que :

  • les compétences en SST associées à chacune des étapes de réalisation d’un travail soient intégrées à la formation au fur et à mesure de l’apprentissage du métier;
  • la maîtrise des connaissances requises et des pratiques recommandées en matière de SST fassent l’objet d’une évaluation intégrée à la formation;
  • le milieu de la formation adopte des pratiques exemplaires en matière de santé et de sécurité pour l’élève et favorise leur mise en œuvre par des politiques ou des codes;
  • le matériel, l’équipement et l’environnement répondent aux normes et aux règles reconnues en matière de SST.

Deux ans après la signature du Protocole de Québec, une entente a été conclue entre le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) et la CSST, qui visait à intégrer la santé et la sécurité du travail dans la formation des futurs travailleurs.

Depuis, les milieux de formation professionnelle et technique du Québec ont pris de plus en plus en charge la SST dans leurs institutions et ont du faire preuve de créativité pour trouver des solutions adaptées à leurs formations.

Plusieurs établissements d’enseignement secondaire et préuniversitaire ont mis sur pied des projets visant à opérationnaliser les principes de base énoncés dans le Protocole de Québec.

Dans ce contexte, afin de fournir un environnement d’études sain et sécuritaire dans chacun des programmes offert au Cégep de Saint-Jérôme et de répondre au devoir de diligence raisonnable du cégep qui rend chaque personne imputable de ses actions ou de ses omissions, notre établissement d’enseignement a notamment mis sur pied un Comité SST pédagogique.

Le mandat du comité SST pédagogique

Ce dernier a été chargé de mettre en place une stratégie afin de favoriser l’intégration des compétences en santé et sécurité du travail dans les programmes de formation et d’intégrer des réflexes de prévention à la culture institutionnelle visant l’amélioration continue dans ce dossier.

Pour ce faire, de façon plus spécifique, le comité SST pédagogique  a eu comme mandat :

  • de répertorier toutes les activités comportant des risques d’atteinte à la santé et à la sécurité dans chacun des cours, stages et laboratoires ainsi que les actions entreprises pour prévenir les accidents;
  • de recenser, par programme, et ce, pour chacun des cours, stages et laboratoires, les contenus pédagogiques et les méthodes d’enseignement ainsi que les stratégies d’évaluation existantes permettant d’attester leur intégration;
  • de regrouper dans un rapport, et ce, pour chacun des programmes, les données obtenues grâce à l’administration du questionnaire et les recommandations issues de leur analyse quant à l’approfondissement des données en comité de programme.

Dans le Plan de travail 2015-2016, chaque comité de programme sera invité, à partir des rapports fournis par le comité SST pédagogique, d’analyser et de bonifier les pratiques SST en matière d’enseignement et d’évaluation et de mettre en place des mesures permettant la standardisation et la pérennisation des pratiques exemplaires.

Roxana Staiculescu
Conseillère pédagogique, responsable du dossier SST

Haut de la page

Tous philosophes | La philosophie, remède pour un Québec morose

Dans le débat sur la conception utilitariste de l’éducation, cette entrevue réalisée avec Frédéric Bouchard, directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST), montre la pertinence sociale et scientifique de la philosophie. Bouchard prône d’ailleurs un dialogue entre les sciences naturelles et la philosophie. Ce faisant, il ne limite pas la portée de la philosophie à l’épistémologie comme telle. Au contraire, il souligne son apport à la qualification des futurs diplômés.

Ce texte est donc fort intéressant pour les enseignants qui veulent contribuer à valoriser l’apport de la philosophie à la formation de leurs étudiants.

LogoPDF     Tous philosophes | Revue Québec Sciences | Décembre 2014

 

Haut de la page