PIEA 2017

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)
1. En quoi la nouvelle PIEA se démarque-t-elle de l’ancienne ?

Mis à part certaines règles qui ont été modifiées ou ajoutées, la PIEA inclut maintenant toutes les règles et responsabilités qui étaient antérieurement incluses dans les documents suivants :

  • Cadre de référence et guide d’élaboration du plan de cours
  • Cadre de référence du référentiel de cours
  • Cadre de référence et guide d’élaboration de la PDEA
  • Cadre de référence institutionnel pour une définition de l’ESP

Ainsi, l’ensemble de l’information qui était antérieurement contenue dans ces documents est maintenant centralisée dans une seule politique.

2. Retard dans la remise des travaux — Un étudiant devait remettre un travail au début de mon cours, jeudi, à 10 h 45. Comment appliquer l’article 5.6 de la PIEA qui stipule qu’une pénalité de 10 % doit être appliquée par bloc de 24 heures de retard ?
Remise Jeudi - 10 h 45 Note : 74 %
SCÉNARIOS DE REMISE (RETARD)
De À Note Jeudi
11 h
Vendredi
8 h
Vendredi
11 h 30
Samedi
10 h 45
Lundi
8 h
Blocs 24 h Jeudi
10 h 45
Vendredi
10 h 44
-10 % 64 % x x
Vendredi
10 h 45
Samedi
10 h 44
-10 % 54 % x
Samedi
10 h 45
Dimanche
10 h 44
-10 % 44 % x
Dimanche
10 h 45
Lundi
10 h 44
-10 % 34 % x
3. Pourquoi avoir développé plusieurs outils d’évaluation de la langue ?

L’article 5.10 de la PIEA indique qu’une pénalité doit être imposée pour les erreurs de français, jusqu’à concurrence de 10 % de l’évaluation écrite ou orale, et ce, dans la mesure où l’étudiant a accès aux outils de révision linguistique.

Comme la forme des travaux varie d’un cours à l’autre et que les enseignants n’ont pas tous le même niveau d’aisance quant à la correction de la langue, différents outils sont proposés aux départements et aux programme afin de leur permettre de les utiliser selon leurs besoins.

4. Présence aux cours — Dans le respect de l’article 5.1 de la PIEA, une règle en lien avec la présence aux cours est en application dans mon cours. Un étudiant s’est absenté à mon cours pour une raison médicale, preuve à l’appui. Dois-je lui refuser l'accès à l’évaluation, comme l’indique la règle inscrite dans mon plan de cours ?

Le jugement professionnel de l’enseignant devrait s’appliquer dans cette situation et la règle devrait s’appliquer comme celle prévue en cas d’absence à une évaluation. Selon le contexte d’application de la règle (sécurité, observation nécessaire de l’étudiant), un accommodement devrait être offert à l’étudiant pour qu’il puisse réintégrer la classe et l’évaluation sans être pénalisé puisque son absence est justifiée.

5. Évaluation synthèse de cours — L’article 5.12 sur l’évaluation synthèse de cours mentionne qu’elle peut être divisée en plusieurs volets intégrés. Pouvez-vous me donner un exemple ?

Comme l’indique le lexique de la PIEA (p. 23), les volets intégrés réfèrent à une stratégie d’évaluation qui repose sur le recours à plus d’une tâche pour l’étudiant. Ces tâches permettent d’évaluer différents objets d’évaluation et sont complémentaires. Par exemple : stratégie de mise en marché d’un produit et création d’un site concernant ce produit. On peut aussi donner comme exemple une recherche et un exposé oral en lien avec cette recherche.

6. Double seuil de réussite — Que peut-on considérer comme un critère prépondérant lors de l’imposition d’un double seuil de réussite (article 5.13) ?

Le respect des règles de sécurité dans le cadre d’une évaluation en laboratoire pourrait constituer un critère prépondérant.

Ainsi, peu importe la pondération des critères associés à la sécurité dans le cadre de cette évaluation, l’étudiant pourrait être en échec s’il ne respecte pas lesdites règles. Bien entendu, si un tel critère prépondérant existait, ses règles d’application seraient clairement présentées à l’étudiant dans le plan de cours.

7. Modalités de participation au cours — Dans la liste des informations que nous devons ajouter au plan de cours, on mentionne « modalités de participation au cours ». Pouvez-vous me donner un exemple ?

Prenons l’exemple d’un enseignant qui utilise une pédagogie active qui implique que les étudiants doivent échanger sur leurs lectures lors des cours. Une modalité de participation au cours pourrait prendre cette forme :

« Pour le bon déroulement de certaines activités d'apprentissage, il peut être nécessaire que l'étudiant ait préalablement accompli une tâche spécifique (devoir, lecture, questionnaire, etc.). Le professeur peut exclure momentanément de la classe l'étudiant qui n'a pas réalisé ladite tâche et inviter ce dernier à l'accomplir à l'extérieur. L'étudiant réintègre la classe lorsqu'il fait la démonstration qu'il s'est suffisamment préparé pour participer à l'activité en question et recevoir la rétroaction formative associée à celle-ci. L'étudiant qui refuse de participer à l'activité et qui ne désire pas de rétroaction est libre de réintégrer la classe quand le professeur juge que les activités d'enseignement et d'apprentissage reliées à cette tâche spécifique sont terminées. »

8. J’ai jugé pertinent de modifier la pondération des évaluations de mon cours à la semaine 4 de la session. J’ai informé mes étudiants, est-ce suffisant ?

La section « Modification au plan de cours » de la PIEA (p.6) mentionne que si les modifications ont un impact sur les évaluations sommatives, elles doivent être signalées au Service du développement pédagogique par le dépôt d’une nouvelle version du plan de cours. Ainsi, l’enseignant doit déposer une nouvelle version de son plan de cours à son assemblée départementale (ou au conseiller pédagogique à la FCSEI), qui en valide la conformité. De cette façon, si une plainte liée à l’enseignement survenait, tous les intervenants impliqués auraient une version actualisée du plan de cours.

9. Notre département a une PDEA (Politique d’évaluation départementale des apprentissages), est-ce qu’elle est encore valide ?

Lors de l’élaboration de la nouvelle PIEA, le comité de révision a convenu de changer le nom de PDEA pour RDEA. Peu importe l’appellation (PDEA ou RDEA), le changement de la PIEA obligera les départements à revoir leurs règles spécifiques pour s’assurer de leur conformité à la PIEA. Un nouveau gabarit a été élaboré à cet effet et peut être téléchargé sur le site web du SDP.

10. Nous avons des règles d’évaluation propres à notre département, pourquoi faut-il les inscrire dans une RDEA ?

Les règles départementales d’évaluation des apprentissages doivent être inscrites dans le gabarit prévu à cet effet, et ce, pour en informer les différents intervenants (DAE, API, CP, étudiant). Souvenons-nous que les règles de la RDEA doivent être inscrites dans le plan de cours. Ainsi, l’étudiant est informé des particularités en lien avec la RDEA dès le début du cours.

11. Double seuil de réussite — L’article 5.13 de la PIEA stipule que « la note maximale inscrite au bulletin, traduisant l’échec causé par l’application du double seuil, est fixée à 59 %. » Une des inquiétudes de notre équipe est que cela augmente le nombre de demandes de révision de notes inutilement. Comment informer les étudiants à l’effet demande de révision de note, dans une telle situation, est inutile ? Il ne lui manque pas seulement 1 % pour réussir, mais il a échoué à cause de l’application d’un double seuil.

Si un double seuil est présent pour un cours donné, les dispositions d’application de celui-ci doivent être inscrites dans le référentiel de cours et clairement indiquées dans le plan de cours. Ainsi, il est possible d’inscrire dans le plan de cours que la note témoignant de l’application du double seuil ne peut être traitée en révision de note.

12. Dois-je présenter mon plan de cours à mes étudiants ?

Selon l’article 4.1.4, l’enseignant a la responsabilité de présenter son plan de cours à ses étudiants lors du premier cours de la session et est aussi responsable d’en respecter le contenu, y compris les évaluations prévues. À cet effet, advenant le besoin d’en faire des modifications en cours de session, la section 3.2 de la PIEA expose les démarches à faire pour s’assurer que tous les acteurs en soient informés.

13. La rétroaction donnée à l’étudiant — À l’article 4.1.8, on mentionne que l’enseignant a la responsabilité d’informer l’étudiant de son niveau de développement de la ou des compétences, entre autres par l’utilisation d’évaluations formatives et de rétroactions à la suite des évaluations sommatives. Qu’est-ce que vous entendez par « rétroaction » ?

Bien entendu, la rétroaction va au-delà de la note donnée à l’étudiant. On peut utiliser en guise d’exemple les commentaires, les annotations dans la marge de son travail, le fait de lui laisser la chance de regarder son examen et de prendre le temps de l’aider à comprendre ses erreurs.

14. Conservation des évaluations synthèses — Un collègue quitte le Collège, car il n’a pas de tâche à la prochaine session. Il me demande ce qu’il doit faire avec ses copies d’examen de fin de session ?

L’article 4.1.11 de la PIEA stipule qu’en cas de départ du Collège, l’enseignant doit remettre ses copies d’évaluation synthèse ou travaux de fin de session à la coordination départementale ou au conseiller pédagogique à la FCSEI. Cette pratique rend le processus utile en cas de demande de révision de note des étudiants de cet enseignant.

D’ailleurs, c’est pour cette raison que tout enseignant doit conserver les copies de ses évaluations finales jusqu’à la fin de la première semaine de cours (ou 10 jours ouvrables après la fin du cours pour la FCSEI). Ces moments coïncident avec la date limite de demande de révision de note. Par la suite, on peut détruire les évaluations ou permettre aux étudiants de les récupérer, selon le cas.

15. Activités prévues à l’extérieur de l’horaire normal du cours — J’organise une visite au musée pour mes étudiants. Cette visite est en dehors des heures normales de cours. Un étudiant ne peut y participer car il a un emploi le soir et l’activité coïncide avec une de ses soirées de travail. Quoi faire ?

Bien entendu, nous présumons que l’étudiant été informé de la date et de l’heure de l’activité hors classe lors de la remise du plan de cours ou, du moins, quelques semaines à l’avance. S’il ne peut y participer pour une raison valable et justifiée, l’enseignant doit lui proposer une activité de substitution. Il appartient à l’enseignant de planifier l’activité de substitution pour l’étudiant absent afin de lui permettre de faire des apprentissages similaires à ceux faits lors de la sortie. Le tout est libellé dans l’article 4.1.10 de la PIEA.

16. Le comité de programme et l’évaluation des apprentissages — Je viens d’être élu au sein d’un comité de programme. Quel sera mon rôle concernant l’évaluation des apprentissages ?

Parmi tous les rôles que vous occuperez et qui sont définis dans le cadre de référence du comité de programme et du comité de la formation générale, vous aurez aussi à vous pencher sur l’évaluation synthèse des cours du programme lors du processus de recommandation des référentiels de cours à la Direction des études ou à la Direction de la FCSEI. En effet, les référentiels de cours sont d’abord élaborés par une équipe d’enseignants du département porteur de la discipline (ex. : mathématiques pour Techniques de l’informatique). Ils sont alors adoptés par l’assemblée départementale. Par la suite, le référentiel est présenté au comité de programme où siège un enseignant de mathématiques. Au-delà de la conformité du référentiel (pondération de l’évaluation synthèse, critères d’évaluation, etc.), on s’assure que l’évaluation synthèse répond aux besoins antérieurement exprimés par le programme. Les membres du comité de programmes pourraient à ce moment proposer des ajustements pour que l’évaluation synthèse soit en lien avec les buts du programme.

C’est ici qu’on peut parler de cohérence interdisciplinaire !

17. Conformité de mon plan de cours — J’ai terminé l’élaboration de mon plan de cours pour la prochaine session. Je me suis inspiré de mon référentiel de cours, de la PIEA et de la section 3.2, qui définit ce qui doit être présent dans mon plan de cours. J’ai inscrit toute l’information dans le gabarit proposé à cet effet. Qui est responsable de s’assurer de sa conformité ?

Selon l’article 4.4.3, c’est l’assemblée départementale qui est responsable de s’assurer que le plan de cours est conforme au référentiel de cours ainsi qu’à la PIEA. À la FCSEI, le conseiller pédagogique assume cette responsabilité. Pour sa part, la Direction des études (par votre directeur adjoint) s’assure par la suite de cette conformité lors de la validation de votre plan de cours. Elle peut transmettre un avis si nécessaire (article 4.6.8).

18. Exigences liées à l’ESP — On mentionne à l’article 4.4.5 qu’un département porteur d’un programme doit informer les étudiants de la nature et des exigences de l’ESP dès leur entrée dans le programme. Comment faire ?

Les programmes qui ont des guides d’accueil peuvent y ajouter de l’information sur l’ESP : nature, exigences et quelques exemples de projets, par exemple. Il est important que l’étudiant soit informé des conditions d’admissibilité décrites à l’article 5.14. En effet, pour être admissible à l’ESP, l’étudiant doit être inscrit à tous les cours qui lui restent pour être en mesure d’obtenir son DEC. L’étudiant qui en est informé dès son entrée dans le programme pourra reconnaître l’importance de rencontrer son API en cas d’échec, prolongation de parcours ou changement de choix de cours. Ainsi, il évitera les mauvaises surprises à la dernière session de son programme.

19. La présence aux cours — Dans l’article 5.1, on mentionne que la présence au cours peut constituer une condition de réussite au cours. Donc, puis-je obliger la présence à mon cours sans quoi l’étudiant sera en échec ?

Effectivement, un étudiant pourrait se voir refuser l’accès à un cours ou à une évaluation s’il s’est absenté préalablement. Cependant, on doit avoir de bonnes raisons de le faire et c’est ce que l’article 5.1 explicite. Prenons l’exemple d’un cours donné en atelier dans lequel l’étudiant doit manipuler des outils et faire des découpes de matériel.

L’équipe d’enseignants pourrait alors s’appuyer sur la situation 1 proposée dans l’article 5.1 de la PIEA qui mentionne que « le cours prévoit des heures de travail en classe durant lesquelles l’étudiant doit manœuvrer de manière sécuritaire différents types d’appareillages, ce qui nécessite des observations répétées afin de garantir la sécurité de l’étudiant ou celle d’autrui sur tous les appareils. » Dans un pareil cas, l’étudiant pourrait se voir interdit d’accès au cours s’il a été absent lors des leçons précédentes à travers lesquelles on donnait les consignes de sécurité ou méthodes de fonctionnement des appareils.

Bien entendu, ces règles ont été discutées par l’équipe d’enseignants du département, inscrites au référentiel de cours et l’étudiant en a été informé dès le début du cours par le plan de cours.

20. L’évaluation du travail en équipe — Je prépare mon plan de cours et je compte proposer un travail d’équipe à mes étudiants. L’article 5.11 de la PIEA stipule qu’une note collective peut être attribuée, et ce, jusqu’à concurrence de 35 %. Est-ce que je peux donner une note d’équipe ?

Oui, vous avez bien compris ! En permettant aux enseignants de donner une note d’équipe pour certaines productions (ex. : recherche, film, pièce de théâtre, rapport de laboratoire, etc.), et ce, sans aller au-delà de 35 %, il reste une pondération suffisante (65 %) qui est cumulée de façon individuelle chez l’étudiant. Ainsi, on est en mesure de rendre compte, pour ce 65 % restant, de l’atteinte individuelle de la compétence chez l’étudiant.

 

Vous n’avez pas trouvé de réponses à vos questions ? N’hésitez pas à communiquer avec nous au piea@cstj.qc.ca